Classes virtuelles : chahut numérique et conduite à tenir

Si une très large majorité des classes virtuelles dispensées par les enseignants sur la plateforme du CNED "Ma classe à la maison" se déroulent sans accrocs, certains collègues ont eu la désagréable surprise de voir des intrus s'infiltrer au milieu de leurs élèves et venir perturber la classe en créant du chahut numérique, du trollage et parfois même en proférant des insultes ou des menaces à l'encontre de l'enseignant.

L'objet de cet article est double :

  • Vous accompagner dans la gestion des classes virtuelles en vous indiquant quelques éléments et ressources pour prévenir tout problème ou savoir y faire face,
  • vous rappeler les démarches qui doivent être engagées en cas de perturbations de vos classes virtuelles.

1- Préparer sa classe virtuelle et anticiper

Pour accéder à votre classe virtuelle, les élèves ont besoin du lien (adresse URL) que vous a fourni le CNED lors de la création de votre compte. Il semble judicieux de ne pas diffuser ce lien trop longtemps avant la classe et surtout de rappeler aux élèves que ce lien n'est pas destiné à être diffusé au-delà des membres de la classe.

La classe virtuelle n'est finalement qu'une extension numérique de la salle de cours traditionnelle qui met en présence les mêmes acteurs. La première chose à faire  est donc d'indiquer clairement aux élèves, que comme en cours, vous devez pouvoir les identifier clairement : ils ne doivent donc pas utiliser de pseudo mais se connecter avec leur prénom ou leur prénom + nom.

Pensez à bien précharger avant les documents que vous allez utiliser : vous gagnerez du temps et serez plus disponible pour la gestion de la classe.

Il est aussi conseillé de bien expliciter aux élèves le programme et les objectifs de cette séance virtuelle.

2- Commencer sa classe virtuelle

Après avoir accueilli vos élèves, nous vous proposons de commencer votre classe en partageant à l'écran le document ci-dessous afin de rappeler à tous les règles de bon déroulement de la classe virtuelle (téléchargement avec un clic droit) :

 

Thumbnail

 

Vos élèves peuvent ainsi les parcourir le temps que tout le monde soit connecté et vous pouvez aussi rappeler oralement celles qui vous semblent essentielles avant de commencer.

Au fil des connexions, nous vous conseillons de vérifier les noms qui s'affichent. Si vous ne reconnaissez pas un identifiant, vous avez la possibilité de forcer la déconnexion d'une personne en étant dans l'onglet "Participants" et en cliquant sur les "..." à droite du nom. Cela peut permettre de demander à l'un de vos élèves connecté sous un pseudonyme de se reconnecter avec sa véritable identité.

Nous vous recommandons également d'imprimer une liste de vos élèves et de noter les élèves présents (la liste des participants pourra vous être demandée par les services judiciaires en cas de problème).

     

    3- Gérer sa classe virtuelle

    Une fois connectés, les élèves ont le statut de "participant" dans votre classe : cela ne leur donne aucun droit d'intervention sur les paramètres de la session et les divers partages possibles (écran, application, fichier). En tant qu'enseignant connecté avec votre lien "modérateur", vous avez la main sur tous les paramètres et vous pouvez réaliser les actions suivantes pour gérer le groupe :

    • activer/désactiver tous les micros, les caméras et le chat :par défaut aucun de ces droits n'est affecté, c'est à vous de les ouvrir dans les paramètres de la session mais vous pouvez à tout moment les désactiver,
    • exclure des élèves de la classe virtuelle,
    • changer le statut des participants.

    Au cours de la session, vous pouvez ainsi affecter des droits différents aux élèves en modifiant leur statut :

    • le modérateur a tous les droits (statut conseillé pour vous seul ou vos collègues),
    • le participant ne peut faire que ce qui lui est autorisé par le modérateur (par exemple activer son micro ou sa webcam si le modérateur a activé ces paramètres) et n'a aucun droit sur les paramètres ou les partages,
    • le présentateur  possède un statut intermédiaire : il peut accéder aux partages et à la création de tableaux blancs mais pas aux paramètres de la session. Ce statut peut-être accordé à des élèves qui auraient des travaux à présenter au reste de la classe par exemple.
    • Le sous-titreur peut écrire des sous-titres en bas de l'écran visibles par tous. Cela peut-être intéressant pour faire apparaître des éléments clés en jouant à la fois sur les canaux visuels et auditifs. Un collègue coanimateur (ou un élève) pourrait remplir ce rôle.
    • "Le physionomiste" : certains enseignants ont mis ce rôle en place en donnant à un élève de confiance le droit d'exclure de la classe des élèves non identifiés.

    Les droits affectés sont révocables en effectuant la procédure inverse, il ne faut donc pas hésiter à s'emparer de cette possibilité qui favorise les interactions. Définir un élève comme présentateur active son micro mais le modérateur peut toujours couper le micro d'un élève présentateur.

    Il est possible de coanimer sa classe virtuelle avec un collègue et de le nommer modérateur afin qu'il puisse lui aussi avoir accès à tous les paramètres. Cela peut vous permettre de vous concentrer sur la partie pédagogique tandis que votre collègue s'occupera de la gestion des élèves (par exemple en communiquant via le tchat avec des élèves, en réglant des soucis de connexion, en effaçant des dessins intempestifs sur les tableaux ou les documents...).

     

    4- Réagir en cas de perturbations ?

    Votre classe virtuelle est prête, les élèves se connectent, vous allez débuter ou avez déjà commencé mais... 

    - des élèves qui ne sont pas les vôtres s'invitent dans votre cours,

    - les documents sont gribouillés, des insultes apparaissent sur les tableaux, dans le tchat,

    - une caméra affiche des images inappropriées,

    - des propos oraux dégénèrent...

    Des solutions existent :

    • Dans l'urgence, la première chose à faire est d'aller dans les paramètres de la session pour désactiver l'audio, le partage de caméra, le chat et le droit de dessiner sur le tableau et dans les fichiers en fonction de ce qui pose problème.
    • Si des intrus sont présents dans votre classe virtuelle, il est possible de se servir des groupes de travail. Créez un groupe et passez tous les élèves dûment identifiés dans ce groupe de travail.

    Les intrus seront alors seuls dans la salle principale : vos élèves et vous ne les entendrez pas et eux non plus (le tutoriel du CNED "Guide des bonnes pratiques" accessible sur la page où se trouvent les liens de votre classe détaille les manipulations pour la création d'un groupe et l'affectation des élèves).

    • Si des intrus ont pu accéder à votre classe, cela veut dire que l'un de vos élèves au moins a diffusé le lien de votre classe virtuelle et que celui-ci circule désormais sur internet. Vous avez la possibilité de réinitialiser votre classe virtuelle pour obtenir de nouveaux liens au bas de la page où se trouvent vos liens d'accès.
    Thumbnail

     

    Quelques conseils supplémentaires :

    • Privilégiez les classes virtuelles en petit groupe : elles sont plus efficientes et plus faciles à gérer. Deux sessions en petits groupes de 30 à 45 minutes sont plus efficaces, interactives et réalistes en termes d'attention des élèves qu'une session d'une heure en classe entière.
    • Ces classes ne sont pas faites pour assurer un cours magistral : privilégiez les interactions avec les élèves (répondre aux questions issues des travaux donnés dans la semaine, réaliser une trace écrite commune avec les tableaux blancs, une présentation avec le travail en groupe exposé ensuite en affectant les droits de présentateurs aux élèves du groupe...) 
    • Pensez à la coanimation : placez une séance sur un créneau contigu avec un collègue (vous assurez le rôle de second modérateur dans sa classe de 09h à 10h, il vous rend la pareille de 10h à 11h par exemple)

     

    5- Terminer sa classe virtuelle

    Tout s'est bien passé ? Tant mieux ! Vivement la prochaine classe virtuelle, nos élèves ont besoin de ces contacts visuels et virtuels pour rester dans une dynamique d'apprentissage.

    Pensez à bien décocher toutes les autorisations (partages audio, vidéo, chat, droit de dessiner) dans les paramètres avant de quitter votre session afin de faire de votre espace une "coquille vide" dans laquelle les élèves qui se reconnecteraient hors de votre présence ne pourraient effectuer aucune action.

     

    Vous avez rencontré des problèmes ?

    Si ces perturbations n'ont été que gênantes, comme cela aurait pu être le cas en classe avec un (des) élève(s) perturbateur(s) :

    • demandez au reste de l'équipe pédagogique si cela a été le cas pour eux aussi avec cet (ces) élève(s). Le cas échéant, contactez cet (ces) élève(s) et mettez les choses au point comme vous l'auriez fait en fin de cours (un coup de téléphone aux parents peut aussi être judicieux). Certains établissements ont fait le choix de centraliser ce genre de dysfonctionnements que le professeur principal (ou un enseignant s'il y a répartition des élèves à contacter dans les équipes) se charge de clarifier quand il appelle les parents pour faire le point sur la semaine écoulée.
    • Informez votre chef d'établissement de ces dysfonctionnements. Il peut aussi se charger d'appeler les familles.

    Si des actes répréhensibles ont été commis lors de la session :

    Vous devez mettre en oeuvre les démarches ci-dessous afin que des investigations puissent être menées et des sanctions éventuellement prises par les autorités compétentes :

    Démarches et sanctions vis-à-vis des perturbateurs  :

    • En cas de perturbation par un élève dûment identifié et relevant de votre établissement, il vous appartient, si ce n’est déjà fait, de saisir votre chef d’établissement et de mettre en œuvre la procédure adéquate.
    • En cas de comportements irrespectueux lors de la tenue d’une classe virtuelle par un tiers non identifié, vous devez le signaler aux autorités éducatives que sont le chef d’établissement et votre rectorat. Vous avez également la possibilité de porter plainte auprès du service judiciaire le plus proche de votre domicile.

    Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données et à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, l’adresse IP d’un utilisateur constitue une donnée personnelle dûment protégée. Aussi, il est strictement interdit au CNED de vous adresser l’adresse IP du perturbateur. Seules les autorités judiciaires ou juridictionnelles sont habilitées pour obtenir cette donnée auprès du CNED.
    Néanmoins, afin que le CNED puisse transmettre les informations aux autorités judiciaires ou juridictionnelles compétentes suite à leurs demandes officielles, les informations suivantes devront être transmises :

    • La classe et l’établissement de référence (avec si possible les coordonnées),
    • L’URL et l’heure de la classe virtuelle.

    Nous vous recommandons également d’établir la liste des élèves devant participer à cette classe virtuelle afin qu’elle soit transmise directement par vos soins aux services judiciaires le cas échéant.

     

    Tous les tutoriels nécessaires pour effectuer les actions préconisées dans cet article sont disponibles sur cette page de notre site :

    https://dane.web.ac-grenoble.fr/article/ma-classe-la-maison